Des Infos du Sénégal en temps réel...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Octroi de licences de prospection de pétrole: Macky Sall doit être entendu par l’OFNAC sous le statut de témoin assisté (Cheikh Ahmed Tidiane Sall)


Présenté souvent comme un militant de l’APR, Cheikh Ahmed Tidiane Sall a décidé rompre « définitivement » avec le parti de Macky Sall ; « entre l’APR et moi, c’est terminé. J’ai tourné la page », a-t-il martelé dans cet entretien. Cheikh Ahmed Tidiane Sall, qui a intégré le groupe restreint des « grandes gueules » de l’opposition sénégalaise en France, explique qu’il a été ostracisé à l’APR depuis qu’il a osé dénoncer l’octroi de licences de prospection de pétrole à Aliou Sall, le frère du président de la République. Pour la manifestation de la vérité dans cette « nébuleuse », il laisse entendre que Macky Sall doit être entendu par l’OFNAC sous le statut de témoin assisté.
Diasporas.fr: Cheikh Ahmed Tidiane Sall est-il encore un militant de l’APR ?



Octroi de licences de prospection de pétrole: Macky Sall doit être entendu par l’OFNAC sous le statut de témoin assisté (Cheikh Ahmed Tidiane Sall)
Cheikh Ahmed Tidiane Sall: Merci de m’avoir donné l’occasion de clarifier cette question une fois pour toutes. C’est vrai que depuis 2012, l’année où j’ai pris la décision de présenter une liste dissidente aux élections locales, à Dakar Plateau, j’ai gelé mes activités au niveau de l’APR. Je n’avais donc pas démissionné de façon officielle. C’est vrai aussi que pendant la campagne du référendum sur la révision constitutionnelle, on m’a beaucoup vu avec l’opposition, ce qui fait qu’on m’a catalogué comme un militant de l’APR, qui soutenait le Non. Maintenant j’ai envie de tourner définitivement cette page. C’est la raison pour laquelle je voudrais saisir l’opportunité de cet entretien pour annoncer officiellement, qu’entre l’APR et moi, c’est terminé. J’ai tourné la page. Je ne regrette rien de mon passage dans ce parti, parce que j’y militais par conviction. Depuis 2010, j’ai cheminé avec cette formation politique aux côtés du Macky Sall pour conquérir le pouvoir. Aujourd’hui, je ressens une fierté quand je vois d’anciens camarades de parti, j’allais dire des compagnons de route, nommés à des postes de responsabilité.

Démissionner de l’APR parce qu’on ne vous avait pas investi, l’argument n’est-il pas léger ?

Il n’y avait pas que la question de l’investiture. Il y a eu un blocage par rapport à mon investiture à cause d’une position radicale que j’avais prise relativement au décret qui avait octroyé deux licences de prospection de pétrole au frère du président de la République, chose que j’avais déplorée et raillée à juste titre parce qu’on sortait d’une gouvernance tumultueuse avec le PDS. Souvenez-vous qu’on s’était battu contre une certaine gestion familiale de l’Etat, donc on ne pouvait pas laisser le pouvoir reconduire les mêmes procédés. J’ai donc pris ma plume pour écrire, en interne, un texte qui attaquait le président de la République et son frère. Voilà pourquoi j’ai été ostracisé dans le parti. Tous les gens m’ont attaqué, mais aujourd’hui l’histoire m’a donné raison parce que les investigations menées par des journalistes sérieux démontrent que cette affaire-là est une nébuleuse et qu’il y a un vol manifeste des ressources de notre pays. Malheureusement, on sait que la lumière ne sera pas faite sur ce vol, car l’OFNAC est sous le joug du président de la République. Mais qu’à cela ne tienne, je demande à Nafi Ngom Keïta, qui a tous les éléments pour pouvoir convoquer Aliou Sall, de sévir. Au lieu de convoquer les gens de Y’en a marre sur l’affaire Lamine Diack, elle ferait mieux de commencer par cette affaire qui est beaucoup plus importante en termes de retombées financières. Et rien n’empêche également que le président de la République lui-même, réponde à l’OFNAC en qualité de témoin assisté. C’est une affaire qui est trop grave, dans d’autres pays, ce serait un « tsunami ». Le président ne pourrait pas continuer à exercer ses fonctions, vous avez sans doute entendu les conséquences de la crise politique au Brésil, mais aussi celles des Panama papers. Cela dit, sur le flou qui entoure l’octroi des licences de prospection de pétrole à Aliou Sall, je tiens aussi bien pour responsables, l’ancien président, Abdoulaye Wade (que j’estime bien par ailleurs) que le président actuel. J’ai le sentiment qu’ils sont en train de nous mener en bateau. Il faut qu’ils nous disent qui a signé le décret. Si c’est Wade, qu’on nous le dise, car c’est l’argument que brandit Aliou Sall. Si c’est le président Macky Sall, alors il doit se démettre car c’est impassable d’être un président de la République et d’octroyer comme ça les biens du peuple à son frère.

Quelle lecture faites-vous de la crise que traverse présentement la DSE/France ?

La situation actuelle du parti en France me fait mal, car je suis quelqu’un de très affectif. Et puis, je vois que le parti a perdu son âme, on entend que des détournements d’argent, des problèmes de clans, on ne tourne plus vers l’essentiel ! C’est sans doute la raison pour laquelle certains cadres du parti me félicitent par rapport à ma posture. Je le répète, ce déchirement me fait mal parce les gens s’étaient engagés à faire la politique autrement à l’APR. Et cet engagement était une réalité jusqu’à la victoire à la présidentielle de 2012. Mais aujourd’hui quand on voit la manière dont la DSE/France est gérée, je me dis que le fauteuil est un peu trop large pour le coordinateur, Demba Sow.

On a dit beaucoup de choses sur les frères Koïta, mais il faut quand même reconnaître qu’ils étaient là pendant la période des vaches maigres, ils ont fait un excellent travail. Moi, je connais leur probité morale. J’en profite d’ailleurs pour les remercier, ils ont été les seuls à me soutenir pendant ma campagne aux élections locales. Par reconnaissance, je leur dis merci ! Beaucoup de camarades d’alors faisaient de ma candidature quelque chose de légitime ; ils disaient qu’on ne pouvait pas continuer à laisser les gens écarter la diaspora de la gestion des affaires de l’Etat. Mais au moment d’agir, seuls les frères Koïta m’ont soutenu, et financièrement et moralement !

Recueillis par Cheikh Sidou SYLLA


Lu 23 fois
Lundi 7 Novembre 2016
LVDPS.INFO


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Politique | Affaires des biens supposés mals acquis | Economie | Société | News Afrique | News du Monde | Tribune Libre | Actualité Boutique | Migration | Fait Divers | Infos Utiles | Sport | Culture | Education | Clips | People | Potins | Cote Ivoire | Necrologie | Santé | Histoire | Diaspora | France 2017 | France | Libye | Réligion | Humour | Insolite | Dramatique | NTCI | Elections legislatives sénégalaises 2012 | JUSTICE | Archives | Bien être | Coin des Femmes | Coin Couple | Communication | Environnement | Entretien | Chronique | Plat du jour | Diplomatie | Sondage | Journal Télévisé | Association Loi 1900 | Partis politiques sénégalais



Inscription à la newsletter

Notre selection du jour...

Brochettes apéritives

0 Commentaire - 18/05/2017 - LVDPS.INFO








Dans nos blogs



Infos Utiles-Santé