Des Infos du Sénégal en temps réel...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

[ Interview ] Macky Sall : « Il ne faut pas créer des fractures pour gagner les élections»


L’ancien premier ministre sénégalais Macky Sall affrontera le 25 mars le président sortant Abdoulaye Wade pour le second tour de l’élection présidentielle.
Il craint que ce dernier n’instrumentalise le vote religieux ou ethnique pour obtenir un troisième mandat.



[ Interview ] Macky Sall : « Il ne faut pas créer des fractures pour gagner les élections»

LA CROIX  : Dans quel état d’esprit abordez-vous le second tour ?  

 Macky Sall :  Je l’aborde avec d’autant plus de sérénité que je ne suis plus seul face à Abdoulaye Wade. Tous les candidats battus au premier tour ont décidé de me rejoindre dans un vaste Rassemblement des forces du changement (RFC), aussi appelé Benno Bokk Yakaar (« Unis pour le même espoir » en langue wolof). C’est donc ensemble que nous allons faire campagne partout dans le pays, ensemble que nous allons gagner le 25 mars et ensemble que nous gérerons, ensuite, le Sénégal !

 Vous avez appelé les Sénégalais à rester vigilants. Pourquoi ?  

Nous avons eu des morts dans les violences préélectorales. Le président Wade, que je connais bien, puisque j’ai été son premier ministre de 2004 à 2007, est prêt à tout pour rester au pouvoir. Malgré la bonne tenue du scrutin le 26 février, dont je me félicite, nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles tentatives du camp présidentiel pour confisquer le vote au second tour.

Entre 2007 et 2012, le président Wade a perdu 1,9 million d’électeurs, ce qui est considérable. Il ne peut donc pas, mathématiquement, gagner ! Il lui reste, certes, un noyau dur de fidèles. Dans le sud, à cause de l’insécurité, les gens ont voté pour lui au premier tour, mais cela aussi va changer. Il ne lui reste donc plus qu’à faire voter les morts ou bourrer les urnes s’il veut l’emporter…

 Votre premier réflexe a été de vous rendre à Touba, la ville sainte des mourides où le président Wade vous a précédé.  Les confréries sont-elles un passage obligé au Sénégal pour gagner les élections ?  

On ne peut pas se rendre à Touba sans aller saluer le khalife général des mourides. Certes, les chefs religieux jouent un rôle – social – très important au Sénégal. Sur le plan politique, toutefois, ce sont des citoyens comme tous les autres. Dans le domaine religieux, privé, le marabout peut être l’autorité du président ou son chef spirituel, mais pas dans la vie publique. Si je suis allé à Touba, c’est parce qu’il s’agit d’un immense réservoir électoral. Mais, en ce qui me concerne, il est exclu d’accorder des faveurs ou un statut particulier aux marabouts.

 Ne risque-t-il pas, toutefois, d’y avoir une fracture religieuse au moment du vote entre vous et le président Wade qui s’est déclaré « mouride » dès la première heure ?  

C’est très dangereux au Sénégal, pour un homme politique aspirant à la magistrature suprême, de manipuler le vote religieux. Depuis le président Senghor, il n’y a jamais eu ce type de problème. Senghor était catholique mais il était aussi l’ami de tous les chefs religieux musulmans. Nous avons une République démocratique et laïque où la liberté de culte doit continuer à être garantie. Et ça, si je suis élu, je m’y engage ! Ce n’est pas moi qui suis allé stigmatiser les chrétiens dans leur église ou créer la confusion entre les confréries. Aussi, je refuse d’entrer dans un débat artificiel pour savoir s’il y a un vote tidiane ou mouride qui me serait favorable, car on risque de créer une fracture religieuse qui n’existe pas au Sénégal.

 Qu’en est-il du « vote identitaire » dont votre adversaire vous accuse de vouloir profiter, puisque vous utilisez la langue pulaar  (ou peul, NDLR)     dans vos meetings ?  

Et pourquoi n’aurais-je pas le droit de parler ma langue maternelle ? Comme, du reste, je parle le français, le wolof et le sérère. Je suis un élu de Fatick, le fief des Sérères. Je suis né chez les Sérères, j’ai une épouse sérère, bien qu’étant peul. Le Sénégal ne connaît pas de problèmes ethniques. Vraiment, il faut qu’Abdoulaye Wade arrête de créer des problèmes là où il n’y en a pas. Qu’il accepte de perdre et de partir dans la dignité. C’est le plus grand service qu’il rendra au Sénégal.

 Jusqu’où êtes-vous prêt à aller dans la réforme de l’État pour que cessent la corruption et le népotisme ?  

Évidemment, il faudra commencer par la présidence de la République. La Cour des comptes doit à nouveau contrôler les dépenses des agences présidentielles. Les autorités de régulation devront également retrouver leurs prérogatives dans l’attribution des marchés. Tout cela, en vue de donner un signal fort de bonne gouvernance.

 Cela inclue-t-il des audits du fils du président, Karim Wade, l’actuel ministre des transports et de l’énergie, à qui vous devez votre limogeage du perchoir à l’Assemblée nationale ?  

Si je suis élu, je commencerai par faire un état des lieux et auditer les comptes de la Nation pour connaître le niveau d’engagement du pays, le niveau de la dette, des finances, des avoirs extérieurs, etc. Les grands chantiers de l’État, l’énergie seront également audités car nous devons avoir une vision nette avant de commencer. En fonction des conclusions, nous aviserons mais cette mesure n’a pas pour but de viser X ou Y. Je n’ai, pour ma part, aucune revanche à prendre sur qui que ce soit.

 

 
Recueilli par Christine Holzbauer, à Dakar

Lu 97 fois
Dimanche 11 Mars 2012
LVDPS : Actualité sénégalaise et internationale


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Politique | Affaires des biens supposés mals acquis | Economie | Société | News Afrique | News du Monde | Tribune Libre | Actualité Boutique | Migration | Fait Divers | Infos Utiles | Sport | Culture | Education | Clips | People | Potins | Cote Ivoire | Necrologie | Santé | Histoire | Diaspora | France 2017 | France | Libye | Réligion | Humour | Insolite | Dramatique | NTCI | Elections legislatives sénégalaises 2012 | JUSTICE | Archives | Bien être | Coin des Femmes | Coin Couple | Communication | Environnement | Entretien | Chronique | Plat du jour | Diplomatie | Sondage | Journal Télévisé | Association Loi 1900 | Partis politiques sénégalais



Inscription à la newsletter

Notre selection du jour...

Brochettes apéritives

1 Commentaire - 18/05/2017 - LVDPS.INFO








Dans nos blogs



Infos Utiles-Santé