Des Infos du Sénégal en temps réel...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

C’EST UN PROCES MALINTENTIONNE DE DIRE QUE DJIBO KA A TRANSHUME


L'ancien ministre des Sports, Daouda Faye «Vava», a pris, hier, la défense de Djibo Leyti Kâ, victime d'attaques tous azimuts, depuis qu'il a rallié le camp présidentiel. Les nombreuses attaques contre Djibo Leyti Kâ, Secrétaire général de l'Union pour le renouveau démocratique (Urd) ne sont pas du goût de Daouda Faye «Vava», président du mouvement «Agir pour ne pas subir». En conférence de presse, hier, l'ancien ministre des Sports s'est fait l'avocat de l'ancien baron socialiste.



«Djibo, c’est mon ami. Il m’appelle même le père de mes enfants. Parce que ses enfants et les miens dorment presque ensemble. Nous sommes des voisins. J’ai suivi sa brillante carrière politique. Pour moi, ce serait une erreur de parler de transhumance en désignant Djibo Kâ», déclare «Vava».

Et de souligner : «Il était avec Senghor, il était chez lui. Avec Abdou Diouf, il était chez lui,dans le Parti socialiste. Et on peut même dire qu’il fait partie de ceux qui ont accueilli Abdou Diouf au Parti socialiste, parce qu'il y était avant lui. Maintenant, à deux reprises, il a été sollicité par des libéraux : Abdoulaye Wade, et aujourd’hui Macky Sall. Et si on veut vraiment rester dans l'orthodoxie et dire la vérité, c’est que, s'il y a transhumance, c’est le Président qui a transhumé. C’est le berger qui est allé lui apporter la nourriture. Ce n’est pas Djibo qui est allé chercher la nourriture chez le Président, c’est le contraire».

Sur sa lancée, le leader du mouvement «Agir pour ne pas subir» relève que «Djbo Kâ a été sollicité chez lui pour des questions de la nation. Il garde son parti, et il attend de pouvoir servir là où le Président jugera nécessaire de le mettre pour contribuer au développement de ce pays».

«Je ne vois pas vraiment comment on peut parler de transhumance. Parce que lui, il n’a jamais quitté son parti. D’abord, il est socialiste, et si vous suivez la carrière politique de Djibo et ses récentes déclarations, il a toujours prôné les retrouvailles des socialistes, et il l'a proposé plusieurs fois. Même quand il était dans le gouvernement de Wade, il a toujours dit ça. Donc, je pense que c’est un procès malintentionné de dire qu’il a transhumé, même si, par ailleurs, il est libre d’aller là ou il veut aller», conclut «Vava» sur ce chapitre.

«Je préfère la franchise de Mme Sidibé à l’hypocrisie de certains alliés»

Daouda Faye s'est également érigé en défenseur de la présidente de Car-Leneen.
«Madame Amsatou Sow Sidibé a fait une sortie dans les règles de l’art, et elle n’a pas été virulente ou même tenu des propos démesurés. Moi, personnellement, je préfère la franchise de Mme Sidibé à l’hypocrisie de certains alliés. Et Madame Sidibé a emboîté le pas à Dansokho et à d'autres qui sont, d'ailleurs, partis, et qui étaient conseillers du Président et qui ont déploré l’absence d’informations et de rencontres régulières», affirme l'ancien ministre des Sports.
Selon lui, «c’est frustrant pour quelqu’un qui a un parti et qui travaille avec le pouvoir et qui n’arrive pas à communiquer avec le chef».

«Je pense que le Président devrait régler cette question le plus rapidement possible. si le Président ne peut pas restaurer des concertations individuelles et périodiques, ce serait un échec. Je lui conseillerai de le faire immédiatement», poursuit «Vava».
L'ancien premier magistrat de la ville de Kaolack fustige aussi la panne du dialogue politique.

«Pour ce qui concerne le dialogue politique, c’est quand même un problème. Il n’y a presque pas de dialogue entre la mouvance présidentielle et l'opposition. C’est ce qui favorise les incompréhensions et les réactions souvent virulentes de part et d'autre», soutient Daouda Faye.

Le chef de file du mouvement «Agir pour ne pas subir» n'est pas convaincu par le concept des «Vacances citoyennes».
«Pour les vacances citoyennes, franchement, il faut les repenser. Le contenu comme la forme. Je pense que le contenu doit être orienté, essentiellement, vers l’instruction civique et la morale, et que les collectivités locales soient impliquées par le ministre, au point que, dans chaque collectivité locale, qu’on puisse avoir un programme spécial adapté à la réalité de la localité pour permettre de passer de bonnes vacances citoyennes», indique-t-il.

Youssouph BADJI

Lu 18 fois
Samedi 29 Août 2015
LVDPS.INFO


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Politique | Affaires des biens supposés mals acquis | Economie | Société | News Afrique | News du Monde | Tribune Libre | Actualité Boutique | Migration | Fait Divers | Infos Utiles | Sport | Culture | Education | Clips | People | Potins | Cote Ivoire | Necrologie | Santé | Histoire | Diaspora | France 2017 | France | Libye | Réligion | Humour | Insolite | Dramatique | NTCI | Elections legislatives sénégalaises 2012 | JUSTICE | Archives | Bien être | Coin des Femmes | Coin Couple | Communication | Environnement | Entretien | Chronique | Plat du jour | Diplomatie | Sondage | Journal Télévisé | Association Loi 1900 | Partis politiques sénégalais



Inscription à la newsletter

Notre selection du jour...

Brochettes apéritives

1 Commentaire - 18/05/2017 - LVDPS.INFO








Dans nos blogs



Infos Utiles-Santé