Des Infos du Sénégal en temps réel...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Abdoulaye Makhtar Diop, grand serigne de Dakar : «Les 5 sages ont tranché sans tenir compte des états d’âme du Président»




«D’abord, je salue la lucidité et la sérénité du Conseil constitutionnel qui a étudié ce problème par rapport au Droit, à la doctrine et à la tradition. Et je suis entièrement d’accord avec les 5 sages sur l’impossibilité de réduire un mandat en cours. Parce qu’un référendum ne peut pas modifier un mandat en cours. Je salue aussi l’avis du Conseil constitutionnel qui a clairement demandé au Président de réduire les dispositifs du projet de révision de la Constitution qu’il veut estampiller avec la clause d’éternité. Concernant le président de la République, je salue sa sérénité et son sens de la responsabilité dans la conduite des affaires de l’Etat qui a fait abstraction du sentiment des gens. On gère un Etat avec la tête et non avec le cœur. Qu’il accepte la décision du Conseil constitutionnel doit être salué comme une démonstration d’un sens de la responsabilité. Cependant, pour ce qui est du respect de sa parole, nous sommes dans un Etat de Droit et non dans un Royaume. Le Président avait requis les avis du président de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel, mais personne ne s’est soucié de celui de Niasse. Donc, les gens attendaient que les 5 sages disent le Droit. Et le Conseil constitutionnel l’a dit sans tenir compte des états d’âme du Président.»
EL H. FALLOU FAYE

PAPE IBRAHIMA DIAGNE, GRAND SERIGNE DE DAKAR
«Le président de la République ne peut pas être un hors-la-loi»

«Il faut saluer la responsabilité du peuple. Car depuis le début de ce débat sur la réduction du mandat, les Sénégalais l’ont abordé avec lucidité et sérénité. Cependant, nous sommes dans un Etat de Droit. Et comme le Conseil constitutionnel en est partie intégrante, ses décisions doivent être respectées, si on ne veut pas fragiliser nos institutions. Par contre, la volonté du chef de l’Etat a toujours été de respecter sa parole : réduire son mandat et se l’appliquer immédiatement. Mais, il ne peut passer outre la décision du Conseil constitutionnel pour éviter de créer un précédent dangereux. Sur ce point, il faut saluer la décision de nos magistrats qui sont là pour le respect de la Constitution et aussi celle du président de la République, gardien de cette Constitution. Toutefois, le président de la République ne peut pas être un hors-la-loi. Par ailleurs, j’appelle le chef de l’Etat à ouvrir davantage le dialogue entre les différents acteurs politiques. Car une opposition forte ne fait que renforcer notre démocratie.»
EL H. F. FAYE

Lu 18 fois
Jeudi 18 Février 2016
LVDPS.INFO


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Politique | Affaires des biens supposés mals acquis | Economie | Société | News Afrique | News du Monde | Tribune Libre | Actualité Boutique | Migration | Fait Divers | Infos Utiles | Sport | Culture | Education | Clips | People | Potins | Cote Ivoire | Necrologie | Santé | Histoire | Diaspora | France 2017 | France | Libye | Réligion | Humour | Insolite | Dramatique | NTCI | Elections legislatives sénégalaises 2012 | JUSTICE | Archives | Bien être | Coin des Femmes | Coin Couple | Communication | Environnement | Entretien | Chronique | Plat du jour | Diplomatie | Sondage | Journal Télévisé | Association Loi 1900 | Partis politiques sénégalais



Inscription à la newsletter

Notre selection du jour...

Brochettes apéritives

1 Commentaire - 18/05/2017 - LVDPS.INFO








Dans nos blogs



Infos Utiles-Santé